Les petites cachotteries

Le port du masque efface les visages, les expressions qui en regorgent : les rictus, les tics, les traits d’un sourire, le charme d’un nez… Pour cela je souhaite rendre ses lettres de noblesse à notre belle figure en m’amusant du masque et en le détournant. Je souhaite offrir un portrait à tiroirs à mes visiteurs. Concrètement ? Aloysius nous rappelle à nos archétypes modernes souvent endormis par la numérisation du monde.

Les petites cachotteries est une création au cœur de nos problématiques à la fois artistiques et sociales. Elle naît du virus mais sublime nos peurs. Elle permet à la fois au théâtre mais aussi à la peinture de vivre. La cachottière, le lieu mystérieux où se tiennent les rendez-vous est aussi un lieu d’exposition dont les œuvres changent régulièrement à la manière d’un musée. Elle est une pièce à tiroirs dans laquelle les fenêtres donnent sur le rêve. Les peintures exposées changeront en fonction des ateliers que nous aurons mené avec les différents publics. En effet, il est question d’une forme toujours en mouvement.

Je souhaite ce spectacle comme un cadeau, comme aller chez le coiffeur se refaire une beauté. Je souhaite offrir un espace où l’art est salvateur. L’humour est une arme de destruction massive : elle détruit les peurs. Joie de voyager sans bouger et sans risques, nous allons transgresser les nouvelles normes. J’écris des portraits à notre image mais dont l’image n’a pas de limites.

Louise Wailly

L’intervention des Petites Cachotteries est chaque fois pensée en fonction de l’endroit où La cachottière s’implante. Elle sera souvent accompagnée d’ateliers d’échanges autour de la pratique de la peinture et/ou de l’écriture. Ainsi La cachottière accueillera les œuvres des participants en son sein et se servira aussi des poèmes ou des histoires nées dans les ateliers. En cela, La cachottière est un socle, un exutoire artistique et créatif. Les ateliers seront dirigés autour de la thématique du portrait et inspirés des pratiques du mouvement surréalistes.

Un projet produit dans le cadre de « Plaines santé », un dispositif DRAC Hauts-de-France de Culture et en partenariat pour le moment avec l’EPSM de Bailleul et Armentières et le CHU de Douai. Avec l’aide exceptionnelle de la DRAC Hauts-de-France et de la DRAC Aquitaine.

Interprétation : Camille Dupond et Myriam Mairey / Écriture et mise en scène : Louise Wailly / Conception installation scénographique : Modeste Richard et Myriam Mairey / Peintures et objets : Modeste Richard / Chargée de production et de diffusion : Manon Marlats

Manu Frigerio, Corria Bleue Chaman / Le thérapeute, Magritte / Maquette et dessin : Modeste Richard / Photographie des ateliers Méliès

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s