Les membres Protéo

Manon Marlats, chargée de production et de diffusion

Après un baccalauréat littéraire option Histoire des arts, je ne voulais pas continuer à la fac avec des cours magistraux. Je voulais travailler, être au plus proche du domaine qui m’attire depuis l’enfance : le milieu culturel et plus particulièrement le spectacle vivant. Touche à tout, j’ai fait plusieurs stages en action culturelle grâce à ma licence de médiation culturelle à Bordeaux : artothèque, scène de musiques actuelles, service d’action culturelle au sein du CHU de Bordeaux.
J’ai décidé d’intégrer le master professionnel Métiers de la culture à l’université de Lille III afin de me spécialiser encore plus sur le développement et l’accompagnement de projets culturels dans les territoires. Pendant mes deux stages au Grand Mix à Tourcoing et aux Maisons Folies | FLOW à Lille, j’ai noué des liens professionnels avec différentes personnes. Après l’obtention de mon master, et quelques galères professionnelles, j’ai intégré la compagnie Vaguement Compétitifs (dirigée par Stéphane Gornikowski) en tant que chargée de la médiation culturelle. En parallèle, j’ai réalisé une étude pour le SYNAVI (Syndicat National des Arts Vivants) sur les compagnies de spectacle vivant et les lieux intermédiaires dans la région Hauts-de-France. Cela m’a permis de croiser la route de différentes compagnies et de comprendre les problématiques régionales liées au spectacle vivant.
En janvier 2019, je suis devenue chargée de développement pour la Compagnie Vaguement Compétitifs. Je me suis donc formée un peu sur le tas aux missions de diffusion, de production et d’administration d’une compagnie de spectacle vivant… Un beau challenge ! C’est à ce moment, que je fais la connaissance de Louise Wailly et de la compagnie Protéo.
Je suis devenue présidente de la compagnie Protéo.
Depuis septembre 2020, je collabore avec plusieurs compagnies : la compagnie Protéo, le collectif l’Intruse et la compagnie La Rustine en tant que chargée de diffusion et de production.

Camille Candelier, comédienne

Je suis une comédienne lilloise née en 1989. Je débute au sein du « Théâtre de l’Ordinaire », une compagnie qu’elle participe à créer à la fin des années 2000. Je me forme au théâtre physique, au masque et à la cascade notamment auprès de Jos Houben, Hacid Bouabaya, Elise Ouvrier-Buffet, Christophe Patty après des années en option théâtre au Lycée Pasteur de Lille et des cours hebdomadaires au Grand Bleu durant l’adolescence.
En 2014, je crée en duo le Collectif l’intruse avec Anna Wessel. Notre premier spectacle « Le tour de chant de l’Intruse » que je joue une centaine de fois m’amène à développer ma pratique dans les festivals des arts de rue. En 2017, j’intègre la compagnie Protéo en interprétant le rôle de Gloria dans « Une certaine dose de tendresse ou la conquête inachevée des Amériques ». En 2019, je participe à la dernière création de la compagnie : « L’Apocalypse selon Günther ». Depuis 2017, j’interviens également en tant que clown hospitalier au sein de l’association « Les clowns de l’espoir ». Je poursuis mon travail de création avec « Le Procès de Peronne » et la création en cours d’un « Retour de chant ». Je forme le duo d’actrices pour « Tremper dans le Crime » avec Louise Wailly.

Loïc Le Foll, créateur sonore

Après ma formation musicale classique au conservatoire, je
découvre la MAO (musique assistée par ordinateur) en 2001, et je
commence à comp oser de la musique pour des performances live et des
films. Puis je rentre à l’INSAS, et j’apprends la prise de son, le montage,
et l’écriture par le son. Je commence ma carrière dans le cinéma,
principalement en post post-production (montage, mixage), et en prise de son
plateau. Et dès 2012, je fais mes premières créations sonores et musicales
pour le spectacle vivant. Ma polyvalence me permet d’utiliser de
nombreux outils pou r accompagner les intentions des metteurs en scène,
appuyer leur propos et travailler en précision sur le rythme des
spectacles. J’aime beaucoup récupérer, recycler des sons, des archives notamment. Je travaille
régulièrement en création son avec la compag nie Protéo et la compagnie Chaliwaté. Je m’occupe de la
direction technique et la régi e générale de la compagnie Point Zéro, basée à Bruxelles. Je fais également
partie du collectif pluridisciplinaire Metteurs en pièces. J’ai aussi des projets en tant que musicien,
notamment au sein du groupe Pang.

Louise Wailly, metteure en scène et actrice

J’ai découvert la scène dans la rue en suivant un tract collé sur un poteau. « Libre Parole, rdv 20h dans la Station de métro St Philibert ». J’ai 16 ans, j’écris pour mieux supporter de grandir et je découvre que je peux partager mes textes. Alors je me suis aventurée à prendre la parole en public et j’ai pris goût à cette mise en commun. J’intègre donc les cours de théâtre au lycée Pasteur à Lille. J’apprends l’histoire du théâtre et me familiarise avec la dramaturgie. J’aime jouer, imaginer, m’évader. Je fais un petit tour au Conservatoire Régional de Lille pour finalement intégrer l’Ecole LASSAAD à Bruxelles. Dans ce voyage théâtral je m’épanouis dans le monde de l’imagination et observe tous les potentiels du verbe « rêver ». J’ai commencé à écrire et à imaginer des spectacles dans lesquels l’acteur est un puit de révélations. Je propose « Machinations » à mes camarades de cours. Puis vient la fin de l’école et le grand plongeon dans le monde de la création artistique. J’ai poursuivi ma formation auprès de Mario Gonzalès, Cédric Paga, Guillaume Bailliart, Serge Poncelet. Je joue dans diverses compagnies des Hauts de France parmi lesquelles le théâtre de l’Ordinaire, le théâtre de la Licorne, la compagnie Joker, la compagnie THEC, cie Vaguement compétitifs… Je donne régulièrement des stages de théâtre autour de son univers théâtral. J’interviens auprès des élèves du Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme pour des stages de jeu.
Je créée la Compagnie Protéo pour développer mon travail d’écriture et de mise en scène propre. J’œuvre pour un théâtre puissant, morosophique et beau. Mon premier spectacle « CARMEN CARMEN », une fresque sur les violences conjugales est une expérience hors normes. Ce qui me permet d’intégrer le dispositif « Pas à Pas » en partenariat avec l’Hippodrome de Douai scène nationale. A la suite duquel je créée en 2016 « Une certaine dose de tendresse ou la conquête inachevée des Amériques », sur l’histoire de l’insurrection zapatiste à partir de mon récit de voyage aux côtés des communautés indiennes du Sud du Mexique en 2014. Ensuite je mène différents laboratoire de recherches, notamment autour de la mythologie grecque dans le cadre du dispositif « Pas de côté » de la DRAC Hauts-de-France et en partenariat avec le Théâtre de l’Oiseau-Mouche à Roubaix.
En 2017-2018 j’écris les prémisses de L’Apocalypse selon Günther, nouvelle création de la compagnie Protéo qui devait voir le jour en 2020. Je pars pour cela au Japon en 2019 à la rencontre des rescapés du largage des deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Entre ces différentes périodes de travail j’enseigne lors de stage de jeu ou d’écriture de plateau, notamment au Centre Régional du Cirque de Lomme auprès des élèves circassiens. Je travaille actuellement à mettre en place un stage autour de la morosophie. C’est un état d’esprit, envisager l’acteur auteur de la scène qui se joue et balancer entre un jeu clownesque et tragique. Réveiller la vie truculente.

Je collabore avec différents collectifs à la création de leurs spectacle : le Collectif L’Intruse, le Collectif du Plateau, la compagnie Voulez-vous… En 2020 je mets en scène AINSI SOIT JEU (La Barbe), un spectacle de la compagnie L’Oiseau-Mouche et de la Compagnie Voulez-vous écrit par Malkhior Jérémie Dubois. Portrait de Louise dans LIBERTE HEBDO :

Brice Nouguès, régisseur général et concepteur scénographique

Technicien lumière, j’évolue dans le milieu du spectacle vivant depuis 2005. mon champ de compétence va de l’éclairage théâtral, au concert, à l’exposition et l’éclairage muséographique. Dans un premier temps, je travaille sur une vingtaine de spectacles avec plu-sieurs compagnies régionales comme le Théâtre d’ici et d’ailleurs, Cie La belle Histoire, le collectif La goutte au nez, Cie Pigalle, Cie Zigomatik, et le Théâtre de l’ordinaire.
Avec cette dernière compagnie, je travaille pendant presque 10 ans et participe au projet franco/hong-kongais « A good reputation », projet commun avec deux équipes, avec une tournée française, puis sino/hong-kongaise en 2015. En 2016, j’assure la régie générale et lumière « Des fusils de la mère Carrar » dans le Off d’Avignon.
J’y rencontre Claire Dancoisne, directrice artistique du Théâtre La Licorne, et depuis assure la régie de plusieurs petites formes de la compagnie, comme Sweet Home, Les petits polars, ou encore La Green Box. En plus de travailler avec des compagnies, j’intègre les équipes techniques de plusieurs scènes nationales régionales et le centre dramatique La Comédie de Béthune. Pour la partie concert c’est avec la salle l’Aeronef, j’y fais du pupitrage de console en live. En 2017, je pars pour le festival du Printemps de Bourges avec l’artiste électro Renoizer, pour lequel je fais le light design. L’exposition, avec Lille 3000, et l’éclairage muséographique, avec le Louvre Lens pour lequel je travaille depuis sa création, en 2013, tant dans la salle de spectacles que sur les différentes expositions.
Je suis différentes formations liées à la lumière, mais aussi sur des sujets essentiels comme la sécurité et la machinerie. En 2018, je décide de prendre un virage dans mon activité, et souhaite m’orienter vers la construction métallique. J’intègre une formation longue de « serrurier pour le spectacle », où j’ap-prend les différentes techniques de soudage.
Depuis la première création de la compagnie Protéo en 2013, « Carmen Carmen », j’en suis le régisseur général lumière. Je crée les ambiance pour « Une certaine dose de tendresse » et je conçois la scéno-graphie de « L’Apocalypse selon Günther ».

Camille Dupond, comédienne

Je suis une comédienne lilloise née en 1987. Je commence très tôt le théâtre à Dunkerque, ma ville d’origine au conservatoire. Une fois mon Bac littéraire en poche j’entre au Conservatoire de Lille en 2005 et passe une licence d’étude Théâtrale à la Faculté de Lille 3 dans le même temps. Une fois le cycle des études passé, je décide de me confronter au monde du travail sans tarder. Je vais alors travailler avec différentes compagnies de la région. Un Marivaux avec  Au fil du temps et des saisons, le théâtre de l’ordinaire, la compagnie Etc., Etc., Etc… Et surtout la compagnie Protéo en interprétant plusieurs personnages dans «  Une certaine dose de Tendresse » et Martha dans «  L’apocalypse selon Günther ». J’ai également donné des cours Adulte au théâtre Massenet et avec des adolescents dans un atelier financé par la Drac à Arras. Je travaille également sur la prochaine création de la Compagnie Thec : La Validation. Je fais également partie d’un cabaret Féminin et loufoque ; le Cabaret Minou avec la compagnie V.I.F qui se produit dans différents festivals de musique. Etant absolument passionnée par le Jeu, je prends un certain plaisir à varier les facettes de ce qu’offre le métier de comédienne, pouvant me confronter au bouffon comme au théâtre forum avec le théâtre de l’Aventure. Je m’essaye même à l’image, c’est tout dire ! Je travaille actuellement sur une nouvelle création adaptée de L’assommoir de Zola.