Tremper dans le crime *** En chantier !

Nous naissons tous fous. Quelques uns le demeurent. » Samuel Beckett

Une pièce noire pour un quatuor d’acteurs.

Le crime a eu lieu à différents niveaux : réalisé dans le monde terrestre, il vient déranger le monde d’en bas et troubler le monde d’en haut. La scène se passe dans les Flandres, deux sœurs enquêtent sur la mort de leur père. Abattu par un policier en service, personne n’était présent lors du crime. Il est mort dans « la zone grise ».

Que s’est-il passé dans la petite ville côtière de Jerico ? Qu’a avalé l’Océan pour le recracher aussitôt ? C’est le corps d’un cheval qui flotte à l’horizon, sa crinière coulante est tâchée de sang. Il se disperse alentour venant former une mousse rougeâtre dans le sable.

Une pièce qui se mêle de notre rapport à l’autorité, à la police, librement inspirée de La société contre l’État de Pierre Clastres et où on découvre qu’un arbre cache la forêt.

  • Avec Jérémie Dubois-Malkhior, Gaëlle Fraysse, Fabrice Gaillard et Émilie Vaudou
  • Scénographie et lumières : Brice Nouguès et Hammo Marzouk
  • Création sonore : Loïc Joyeux
  • Regard extérieur sur la conception scénographique : Claire Dancoisne
  • Mise en scène et écriture : Louise Wailly
  • Assistanat à mise en scène : Camille Candelier
  • Collaboration artistique : Thomas Piasecki

Produit par la Compagnie Protéo, en co-production avec Le théâtre de la Licorne, le théâtre de l’Escapade et la Maison Folie de Wazemmes, soutenu par le Vivat à Armentières, par le Pôle Culturel L’Arrêt-création à Fléchin, le Centre Culturel Jean Ferrat à Avion et le Centre Culturel François Mitterand de Tergnier. En recherches de partenariats et de financements.

Quelques mots…

« La démence est rare chez les individus, elle est la règle en revanche dans un groupe, un parti, un peuple, une époque. »
Friedrich Wilhelm Nietzsche

Le théâtre est le lieu des passions et de la catharsis. La tragédie grecque s’organise autour des crimes terrestres pour purger les imaginaires des citoyens et convoquer les Dieux. Shakespeare a offert au répertoire théâtral des intrigues à couper le souffle. Hamlet est le plus grand thriller de tous les temps. Le cinéma de genre a tout pompé au théâtre ! Mon intention est de créer le frisson en prenant pour décorum notre époque et m’appuyant sur les derniers rapports officiels des crimes policiers, des bavures, des déviances que ce soient des abus de fonctions ou des lois obscures.

L’actualité des derniers mouvements sociaux, la remise en cause des dynamiques d’interrogatoire, les cellules psychologiques mal adaptées sont autant d’inspirations qui permettent de dévoiler le trouble policier. En effet, du côté de la police ou de la justice ainsi que du côté des civils il n’y a pas de clairvoyance. Où est la vérité ? Il y a des interprétations, des comportements, des réactions, un certain nombre de choses non quantifiables qui rendent une enquête policière extrêmement complexe et un alibi parfait pour une pièce de théâtre.

Louise W.